Projet de Construction du Complexe Dr. Mukwege

Chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale de zéro discrimination en date du 01Mars. Le Territoire de Beni, situé au Nord-Kivu, partage ses limites avec la Province de l’Ituri (au Nord) et l’Ouganda à (l’Est).

Depuis 2014 à nos jours, la ville comme le territoire de Beni continuent à être le terrain des théâtres d’actes de violences du fait de l’activisme de groupes armées nationaux et étrangers, des turbulences propres à leur genre dite aux massacres perpétrés par les rebelles ADF/NALU (Alliance Democratic Forces) et Maimai, … qui ont fait des milliers de morts dans des conditions tragiques inhumaines.

Le Territoire dont il est question subit des menaces terroristes des ADF, ces genres des menaces ont comme origine, le déficit Sécuritaire dans la zone et l’accroissement des diverses violations des Droits humains tels que: des enlèvements, des pillages sous plusieurs formes, des massacres des civils innocents et autres cas d’abus des Droits humains. Ceci étant, les Statistiques assez récentes que la Société Civile du dudit Territoire s’estime à plus de 5000 personnes ayant déjà perdu leurs âmes à travers cette situation désastreuse.    La présence des enfants non accompagnés (Orphelins et victimes de massacres, des vulnérabilités accrues), l’exploitation Sexuelle et économique des enfants, la délinquance Juvénile, le faible pouvoir économique, la perte de confiance du régime politique en exercice, les abandons scolaires, sont des faits qui s’observes.

Le rapport de 2019 de la SPFEPADI montre que 144 cas des violences faites aux femmes ont été enregistrées dont 62 cas de violences sexuels et 82 cas sous autre forme de violence. Cette année 2020, 170 cas ont déjà été enregistrés dont 65 cas de violences sexuels et 95 cas d’autre forme de violence envers les femmes. Voila les nombres qui se présente soit à une institution sanitaire soit à la police. Vu le stigmatisme envers les victimes, nous sommes convaincus que beaucoup d’autres cas passent sous l’œil des autorités.

Le 2 Aout 2020, une fillette de 13ans a été violée par un garçon d’une vingtaine d’années qui a disparu dans la nature. La victime amenée au Centre de Santé X, les infirmières ont refusé de la soigner en demandant d’abord de l’argent à la famille de la victime. La prise en charge des femmes et filles victimes des violences, voilà l’une des raisons du projet de construction du Complexe Dr. Mukwege qui hébergera une clinique et un Hall d’intégration des femmes et des enfants vulnérables.

 En définitive, il sied de retenir qu’en dépit de ces phénomènes, l’assistance et protection tant au niveau National qu’humanitaire est demeure toujours insuffisante; Cette dernière livrée de manière sporadique, ponctuelle et ciblée aux extrêmes vulnérables. En grande majorité, sont parfois les familles d’accueil qui se donnent à assister ces derniers et d’autres se livrent à des activités illicites telles que l’échange des rapports sexuelles pour assurer leur survie, le banditisme et autres. On assiste aussi à des phénomènes migratoires d’enfants, jeunes filles et femmes des œuvrés à la recherche de la satisfaction de leurs besoins primaires sous l’angle de l’exploitation sexuelle. Pour ce faire, Dans le cadre du contenu de Projet, il va être souhaitable que tout citoyen congolais ayant le souci civique et patriotique puisse apporter sa pierre pour que la promotion de la culture de la Paix soit une réalité chez nous. Ceci étant, ce Projet sera appuyé financièrement par les Partenaires Volontaires au niveau mondial et sera exécuté par l’ONG Citoyenne de Paix et de Développement Durable COMITÉ POUR LA JUSTICE ET L’UNITÉ CJU